Pourquoi Apple devrait racheter Uber
Main page Technologies, Apple

Appeler Uber la licorne de la Silicon Valley, c'est du passé. Uber est un monstre de 62,5 milliards $ qui menace d'abattre le nerveux marché de la tech.

Aux dernières nouvelles, Uber a la semaine dernière accepté un investissement de 3,5 milliards $ d'un fonds souverain saoudien.

Cela signifie qu'Uber dispose maintenant de 11 milliards $ pour alimenter sa croissance. Mais ce qui manque à cette croissance assumée, c'est la stratégie de sortie pour les investisseurs antérieurs d'Uber.

Va-t-il y avoir une introduction en bourse? Pas de sitôt, si le PDG Travis Kalanick continue à diriger à sa manière.

Il y a une autre option bien sûr: l'acquisition.

En étant conservateur, la valeur d'acquisition de Uber serait de l'ordre de 80 milliards $. Ce n'est pas rien n'est-ce pas ? Tesla a une capitalisation boursière d'environ 30 milliards $. Celle de General Motors est de 46 milliards $ et celle de Ford de 52 milliards $.

Aucune de ces sociétés, ni beaucoup d'autres, n'ont assez d'argent pour acquérir Uber purement et simplement.

Mais il y a une entreprise qui le pourrait, et c'est Apple.

Apple a plus de 200 milliards $ en cash et en titres négociables, et pourrait également utiliser cette réserve pour acheter Uber.

Mais pourquoi Apple voudrait acheter Uber?

Apple est loin derrière sur lemarché de la transformation du transport

Peut-être qu'Apple construit une voiture; peut-être pas. Mais Apple fait certainement quelque chose sur le front de la mobilité. Malheureusement, c'est seulement le fournisseur d'un petit morceau de logiciel pour les constructeurs automobiles: l'Apple CarPlay. CarPlay est excellent - j'en suis devenu le plus grand fan depuis que je l'ai utilisé dans différentes voitures - mais Apple en veut davantage.

Uber propose de redéfinir la mobilité sur le modèle de la « non-propriété ». Qui a besoin d'une voiture quand vous pouvez en appeler une en utilisant votre iPhone? D'autres s'impliquent dans ce nouveau marché, y compris les constructeurs traditionnels, tels que GM et VW. Apple est également en retard sur Google sur le front de la conduite automatique. Et bien sûr, Tesla construit des voitures depuis des années.

Apple vient d'investir 1 milliard $dans un concurrent chinois à Uber, Didi Chuxing, ce qui montre que l'entreprise est clairement intéressée par ce secteur.

Mais l'achat d'Uber lui permettrait de se rattraper rapidement - et non incidemment, en ayant une large base de clients et d'utilisateurs pour l'Apple Car, si cela arrivait.

Stabiliser la licorne de l'économie

Uber est-il en difficulté?

Tous les signes sont bons. La société ronronne à un rythme alarmant en comptant sur des bailleurs de fonds apparemment insatiables pour le maintenir. Ses concurrents américains s'allient avec des grands constructeurs automobiles - GM a investi 500 millions $ dans Lyft - et personne ne sait comment cela va évoluer en Chine.

Uber est le succès le plus impressionnant de la Silicon Valley depuis Facebook, mais contrairement à Facebook, Uber opère dans le monde réel des conducteurs humains, des passagers, des syndicats, des gouvernements hostiles, et des machines qui peuvent tuer des gens.

Le récent apport de l'Arabie dans Uber fait penser à la version de Tesla, circa 2008. Tesla n'était pas encore sur le marché grand public mais captivait le monde entier. Cependant, il s'est retrouvé rapidement à court d'argent. Il a obtenu des investissements supplémentaires et a reçu un prêt du gouvernement américain, mais il a également vendu des parties de sa société à Toyota et Daimler (et a plus tard vendu ses participations pour un bénéfice savoureux après l'IPO de Tesla en 2010).

Nous savons maintenant à quel point Tesla était désespéré. La faillite était seulement une question de semaines en 2008, et seul un nouvel afflux d'investissement à la fin décembre – Joyeux réveillon de noël! - a permis de garder les lumières allumées.

Uber ne semble pas désespéré, mais nous savons qu'il est loin de faire de l'argent. Son but est de devenir énorme, pour devenir dominant dans le monde entier. Mais Uber est déjà dominant aux États-Unis, et cela n'a pas été suffisant.

Si Uber cherche des investisseurs, il devra soit se retirer de certains secteurs d'activité, comme la Chine, soit procéder à des grosses coupures dans sa valeur. Cela pourrait déclencher une fuite des investissements technologiques tels que nous ne l'avons pas vu depuis la récession de 2008.

Apple pourrait devenir un héros de la Silicon Valley en résolvant le problème de la licorne Uber.

L'investisseur de dernier recours

Cela fait-il sens pour les utilisateurs, qui sont très importants chez Apple? En quelque sorte.

L'expérience d'Uber rappelle souvent l'expérience de l'iPhone, il y a donc déjà une affinité. Si Apple construit une voiture, et que son destin vise la commande de voitures à conduite automatique, Apple+Uber est un mastodonte.

D'un point de vue commercial, Apple procède également à tâtons concernant son prochain grand projet. L'Apple Watch n'a pas encore allumé le feu. Des rumeurs de plans pour une télévision ou un service de télévision ne se sont pas encore concrétisés sous la forme d'un grand service que le public pourrait acheter. Les plans de voiture vont prendre un certain temps pour être développés.

Oui, une stratégie de sauvetage de la licorne à 80 milliards $ est possible.

Mais plus d'argent Uber inhale, et plus grande pourrait être sa chute. Si le secteur de la technologie s'effondre en conséquence, le spectre de la déroute soufflera sur la Silicon Valley. Bien sûr, Apple ne se souciera pas de savoir si les licornes meurent aussi longtemps que l'iPhone se vendra.

Mais un Uber ne vient pas chaque jour. Ou même chaque siècle. Vous pourriez invoquer l'argument selon lequel il a fait pour le transport ce qu'Apple a fait pour l'informatique personnelle et, plus tard, la révolution des smartphones. S'il survit, il pourrait tout changer. Donc, Apple pourrait l'acheter. Ou il pourrait gaspiller sa trésorerie avec de plus petites acquisitions ici et là, ou il pourrait chercher un autre super produit.

Et puis il y a l'idée qu'Apple est le parrain de la Silicon Valley, avec un but plus élevé, celui qui va au-delà de tout simplement faire de l'argent.

Alors pourquoi pas? Vous pouvez sauver les licornes, Apple. Vous pouvez toutes les sauver.

Lire aussi:

Хотите узнать больше о гражданстве за инвестиции? Оставьте свой адрес, и мы пришлем вам подробный гайд

Veuillez décrire l’erreur, s’il vous plaît
Fermer
Fermer
Merci de votre inscription
Mettez un like sur Facebook afin que nous puissions continuer à produire du contenu intéressant gratuitement.